Words of Revelation

Words of RevelationWords of Revelation

Formol

Album CD – 2001 – Collectif Formol

L’Apocalypse selon Saint-Jean passionne depuis longtemps. Il est vrai qu’elle constitue sans doute le livre le plus mystérieux inclus dans la Bible. Et il est censé nous concerner plus directement puisque c’est le seul qui ne parle pas du passé, mais qui est bien entièrement consacré à l’avenir, à notre avenir. Il contient toutes les peurs, toutes les angoisses des bons chrétiens.

Et pourtant, l’adepte de metal que je suis pensait naïvement qu’il n’y avait que les groupes consacrés à la musique du diable qui s’intéressaient encore à l’apocalypse. On se souvient tous du fameux The Number of The Beast d’Iron Maiden.

« C’est ici la sagesse ! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la Bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est 666. » (Chapitre XIII, verset 18). Un morceau d’anthologie… Eh bien, j’avais tort ! Il n’y a pas que les metalleux qui s’intéressent à l’ultime retour de la Bête. On retrouve ce même passage dans Words of Revelation (« The 7 Trumpets »).

Formol est un collectif originaire de Montpellier et dont les activités sont plutôt éclectiques (allez donc faire un petit tour sur leur site Internet). Words of Revelation est une mise en musique électronique du texte biblique de l’Apocalypse, lu par un synthétiseur vocal.

L’album est subdivisé en neuf parties qui représentent des morceaux choisis du texte original. Chaque morceau a été confié à une personne en fonction de ses affinités musicales et de ce que lui inspirait telle ou telle partie. Le résultat est pourtant relativement uniforme, et le collectif a tenté de conserver une certaine évolution au fil de l’album.

Avant de placer Words of Revelation dans mon mange-galettes, je m’attendais à une musique plus violente, ce que m’inspire ce livre de l’Apocalypse. Eh ben, pas du tout ! L’ensemble est plutôt planant et calme.

Cet album dégage cependant une drôle d’atmosphère. Associée à cette musique originale et bizarre, il y a cette voix qui récite les textes, une voix tantôt féminine, tantôt masculine, mais toujours froide, métallique et sans nuances.

Certains passages sont parfois bruitistes (The 7 Trumpets) ou totalement décalés, par exemple l’intro de The 6 Seals où l’on entend un sample d’un morceau de jazz.

Bizarre et original sont les deux adjectifs qui conviennent sans doute le mieux à cet album.

Fabrice Wouters

Liste des titres :

Beginning
The Seven Blessings
The Seven Promises
Elevation
The Six Seals
The Seven Trumpets
Fall of Babylon
The Seven Last Plagues
End

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *